Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités > « Facho » & « voix de vieille pédale » : le fichage discret des auditeurs d’Europe1

« Facho » & « voix de vieille pédale » : le fichage discret des auditeurs d’Europe1

Le 28 février 2019
« Facho » & « voix de vieille pédale » : le fichage discret des auditeurs d’Europe1

Écho des révélations par le Canard enchainé d’un fichier recensant les cadres de force ouvrières associés à des commentaires injurieux (notre article), c’est aujourd’hui Mediapart qui révèle les pratiques de fichages de l’entreprise Europe1 entre 2002 et 2017.

En 2017, la station de radio Europe 1 avait fait l’objet d’un simple avertissement par la CNIL à la suite d’un rapport concernant le fichage depuis une vingtaine d’année des auditeurs appelant son standard. Étaient en cause notamment des commentaires associés aux profils des auditeurs liés à leur origine, santé ou sexualité supposée.

Commentaires « non adéquats et insultants »

Un demi-million de personnes auraient ainsi été fiché depuis 2002, dont près de 500 sur liste noire, rendant impossible leur participation à l’émission malgré le paiement du numéro surtaxé de la radio. La CNIL a pu trouver des fichiers faisant état des noms, prénoms, profession, numéro de téléphonique, qualité d’élocution des auditeurs lors d’un contrôle sur place réalisé dans les ordinateurs de la station, spécialement dans l’application Chamane utilisée par les téléopérateurs.

 « Gros con », « FACHO !!! », « voix de vieille pédale ! », « raciste et mal aimable compare très finement les Arabes et les Chinois », « ne répond jamais ce fdp », « accent juif tunisien, insistant et désagréable », « accent du Maghreb, pas toujours claire, bavarde, a besoin de parler de son cancer », « séropositif », etc.

Des « pratiques honteuses de fichage » reconnues par la station.

A l’occasion de son contrôle, la CNIL a constaté plusieurs manquements dont la « non pertinence, non adéquation et caractère excessif des données, collecte de données sensibles, non définition et non-respect d'une durée de conservation des données ». La conservation des données, normalement limitée à une période de deux ans, s’est ainsi poursuivie du fait d’une « erreur technique » réparée depuis par Europe1.

Plus généralement, La CNIL justifie la bienveillance de sa décision par les efforts rapportés par la radio pour sa mise en conformité. Les bases de données qui contenaient des informations recueillies entre 2002 et 2016 ont été nettoyées et un mail a été envoyé aux équipes responsables du fichage pour les renseigner sur les bonnes pratiques à adopter.

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Actualités