Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités > E-sport : un nouveau marché publicitaire

E-sport : un nouveau marché publicitaire

Le 09 octobre 2017
E-sport : un nouveau marché publicitaire

Aidé par la loi du 7 octobre 2016 pour une République numérique ayant défini les premiers éléments d’un régime juridique spécifique, l’E-sport devient un véritable vecteur de communication et intéresse, à ce titre, de plus en plus de professionnels notamment les publicitaires. Au mois de septembre 2017, la boutique Orange Opéra a proposé de nombreuses animations sur tout l’univers du jeu vidéo tandis que la chaine C8 a rejoint L'Equipe, beIN, SFR Sport dans la diffusion d’E-sport sur les chaines françaises. Le groupe Canal + a lancé quant à lui la deuxième saison du « Canal Esport Club » consacré aux grands évènements de l’e-sport et du gaming.

De nombreuses sociétés se sont développés autour des compétitions sportives cherchant à proposer des services particulièrement variés : clubs de joueurs professionnels, organisateurs d’évènements sportifs et tournois, commentateurs de « matchs », data analyst de compétitions, plateformes dédiées au management d’équipes E-sport jusqu’à des bars offrant la possibilité de joueur à des consoles de jeux. Ce sont également des agences de publicité qui préparent les grandes enseignes à investir dans l’E-sport.

 E-sport et publicité

Par le passé, les marques semblent avoir méconnu l’ampleur du phénomène des compétitions sportives. Assimilés à des supporters de sports traditionnels, les joueurs occasionnels/amateurs ainsi que les fans d’e-sport constituent pourtant un groupe de consommateurs – souvent jeune, très recherché pas des annonceurs sportifs qui apprennent progressivement les codes de ce nouveau genre d’auditoire. La variété des jeux vidéo d’e-sport, les gouts et préférences de leurs publics respectifs et la très grande variété d’insertion des marques font de ces évènements un enjeu considérable.

Considérés par certains comme une nouvelle bulle publicitaire, l’E-sport dispose d’une rentabilité inégalée par n’importe quelle autre type de compétition sportive. Sponsoring de joueur, d’équipe, d’évènements, organisation de tournis, placements de produits, achat d’espace et autres forme de publicité génèrent de nouvelles opportunités comme a pu en témoigner la dernière campagne Coca-cola mettant en scène un personnage fictif d’un jeu vidéo, Alex Hunter de l’univers Fifa 18.

Nouveaux interlocuteurs privilégiés pour toucher ce nouveau public, les éditeurs de jeux vidéo, propriétaire des licences d’exploitations sont les partenaires obligatoires afin de mettre en avant tout produit.

Un régime juridique encore à préciser

Le développement de la publicité à travers ce nouveau média induit de nombreuses questions juridiques encore en suspens malgré les premiers efforts proposés par la Loi pour la République Numérique.

A titre d’exemple, les retransmissions télévisuelles restant soumises à ce jour par les dispositions de la loi Léotard du 30 septembre 1986, notamment en matière de diffusion de publicité à la télévision, les publicités proposés – logos des sponsors, organisateurs des compétitions, noms des consoles et jeux vidéo encourent le risque d’une qualification de publicité dissimulée. Si certains espèrent un régime analogue aux retransmissions sportives, appuyé en ce point par le rapport parlementaire sur le développement de l’e-sport, le refus du législateur de donner aux compétitions de jeux vidéo le statut d’e-sport ne semble pas aller en leur faveur.

Le Conseil supérieur de l’Audiovisuel, compétent en la matière, devra se prononcer sur la question au plus vite.

 Pour plus d'informations sur l'e-sport et ses problématiques juridiques, cliquez ici.

 

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Actualités