Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités > Minage de crypto monnaie : un avenir pour la monétisation de sites internet

Minage de crypto monnaie : un avenir pour la monétisation de sites internet

Le 08 février 2018
Minage de crypto monnaie : un avenir pour la monétisation de sites internet

Le Web Mining est un procédé associé à la technologie des crypto-monnaie, tel le Bit coin, dépendant de l’intégrité du registre recensant l’intégralité des transactions réalisées – la Block Chain. La tenue et vérification de ces transactions nécessitent une force de calcul, obtenue par l’utilisation massive de processeurs d’ordinateurs en contrepartie de crypto monnaies versées à titre de gratification – le minage. C’est dans ces conditions que s’est développé le Web Mining, processus consistant à installer sur la page d’un site internet un script informatique qui va exploiter les performances de l’ordinateur de l’internaute pendant la durée de consultation de la page pour « miner ».

Lancé en septembre 2017, le script de minage « Coinhive » a considérablement augmenté sa présence sur Internet. The Pirate Bay, Bit Torrent, SafeBrowse, la chaine américaine Showtime (CBS) et plusieurs applications Android ont ainsi exploité le logiciel au cours des mois suivants. Début novembre 2500 magasins en ligne comportaient un script de Web Mining.

Conséquences du Web Mining, invisible pour l’internaute consultant une page internet : un ralentissement parfois considérable des capacités de leurs ordinateurs, des bugs informatiques récurrents et dans une moindre mesure des répercutions sur les factures d’électricités.

 

Le consentement de l’internaute en cause

Au même titre que la technologie Block Chain, le Web Mining ne dispose pas encore d’un encadrement juridique permettant de définir les contours de son exploitation commerciale. L’absence d’information des internautes de l’existence de ces scripts mineurs et de l’utilisation faite des ordinateurs des utilisateurs d’un site web a cependant déjà provoqué une désapprobation généralisée du procédé de la part des internautes, utilisateurs et sociétés de protection informatique.

Une enquête parue mi-octobre 2017 a ainsi révélé que plus de 500 millions d’internautes ont ainsi miné sans leur connaissance et consentement. Manœuvres frauduleuses, manipulations, « Trojan miners », « crypto-jacking », le Web Mining caché semble s’associer aux chevaux de Troie et autres formes de virus informatiques s’implantant en toute discrétion dans les machines des utilisateurs ou dans les sites internet ; certains professionnels du secteur envisagent ainsi la possibilité de piratages massifs de sites internet par l’intégration de web miners.

En réaction, la grande majorité des sites internet ont rapidement arrêté l’utilisation des web miners, prétextant une simple phase de test et d’expérimentation. Google a annoncé interdire ces processus sur l’ensemble de ses services tandis que le sénateur américain Ron Wyden a réclamé au mois de novembre 2017 le blocage de publicités pouvant exécuter des scripts et codes sur les appareils de l’administration.

Opportunité commerciale pour la presse

En dépit des enjeux juridiques qu’il soulève, le Web Mining propose une solution commerciale innovante en matière de monétisation de sites internet, actuellement dominé par une publicité intrusive et souvent associée à une exploitation massive des données personnelles. Les scripts de minage permettent de transformer les visites de chaque nouvel internaute en revenus exprimés dans une crypto-monnaie.

Ainsi s’ajouteraient aux moyens classiques – vente d’abonnements, données personnelles issues de la publicité, commissions d’affiliation, une nouvelle forme de monétisation, purement technique à savoir la puissance de calcul et la batterie du matériel informatique de l’internaute. Ce nouveau procédé peut profondément modifier le fonctionnement actuel, centré sur le buzz et l’emploi massif de contenus rapidement consommés ; il impose cependant pour être rentable de garder les internautes le plus longtemps possible sur les pages, afin de pouvoir exploiter au mieux la puissance des machines.  

Le Web Mining peut ainsi provoquer un glissement des objectifs financiers des sites internet notamment des organes de presse en ligne, libérés des contraintes éditoriales liées à leurs annonceurs publicitaires. Des réserves légitimes sont cependant formulées quant aux perspectives économiques et la viabilité sur le long terme du procédé.

Une réalité financière qui doit faire ses preuves

L’expérience du web minage a été jusqu’à maintenant limité à une certaine catégorie de sites internet : téléchargement illégal, chaines de télé pirate et contenus pornographiques. La monétisation de leur espace par la publicité étant traditionnellement plus difficile pour eux, ces sites constituent souvent les pionniers en matière d’innovation technologique et commerciale.

Souvent décrits comme de simples expériences par les propriétaires de sites intégrant le script, les premiers chiffres de l’expérience Coinhive demeurent encourageants : 43 000 € en trois semaines d’existence dans un contexte de tests. Une récente affaire pénale a constaté que des pirates européens exploitant les ordinateurs de particuliers dans la plus grande discrétion pour miner des crypto-monnaies avaient ainsi pu générer plus de 200 000 dollars de valeur.

La pérennité et légalité du système restent ainsi à démontrer, l’incertitude sur les revenus potentiels dépendant du nombre de visites et le temps passé sur la page contenant le script mineur.

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Actualités